Info-Mobility
Sommaire :  Introduction
Les évolutions des comportements nécessitent de nouveaux besoins d’analyse
1995 - 2005 Une progression constante de la téléphonie mobile
De la Méthode des Flux à Info-Mobility
La Méthode Info-Mobility
Info-Mobility résultats produits
Autres usages
Génèse du dispositif Info-Mobility
Téléchargement
 
Les évolutions des comportements nécessitent de nouveaux besoins d’analyse

Du « touriste » au « consommateur du site »

En quelques années nos comportements de déplacements et de séjours se sont fortement modifiés et certains sont même apparus. Les notions actuelles qui mettent en opposition résidents permanents et visiteurs sont dans certains cas devenues délicates à utiliser et génèrent dans les méthodes actuelles d’évaluation des incertitudes croissantes. Il nous a donc paru dans un premier temps important de définir les catégories de personnes présentes sur un site, non pas en fonction d’une classification administrative comme cela a toujours été fait, mais en fonction d’un comportement réel.

Citons pour exemple les double-résidents. Grâce notamment au dynamisme économique des séniors, le phénomène de double résidence s’est particulièrement développé ces dernières années. Or ces touristes de longue durée (plusieurs mois par an), qui se confondent pour un temps avec la population locale, doivent-ils continuer à être appelés des touristes, alors que le type de consommation qu’ils vont réaliser est identique à celle d’un résident permanent ?

Il en est de même des étudiants, ou des personnes séjournant plusieurs jours par semaine en un lieu pour les besoins de leur travail, et d’autres jours dans leur réelle résidence familiale. Dans quel lieu doivent-ils être comptabilisés en tant que résident permanent et dans quel lieu les comptabiliser en tant que touriste ?

Nous en viendrons donc à une nouvelle notion d’ « habituel » d’un site qui pourrait réellement s’opposer à celle de visiteur qui, par définition, est occasionnel. Une personne pouvant, bien sûr être un habituel de plusieurs sites. L’évolution de la mobilité a fait que pour un nombre croissant de personnes la notion de résident n’est plus qu’administrative alors que dans la réalité ils sont des « habituels » de plusieurs sites.

D’autre part dans la recherche de nouvelle méthodologie, nous avons aussi voulu prendre en compte la globalité de l’activité d’un lieu. C’est ainsi que l’analyse de la présence ou de l’absence de la population habituelle d’un lieu devient une notion aussi importante que celle traitant des visiteurs. Ne l’oublions pas, les habituels présents consomment eux aussi des activités, des loisirs...

Toutes ces catégories de personnes présentes sur un site à un instant « t » , qu’elles soient en transit, habituels présents, ou visiteurs deviennent des utilisateurs, des « consommateurs du site ».

Répondre à de nouveaux besoins d’analyse

Les services des collectivités locales en charge du tourisme, comme les professionnels de ce secteur ressentent à ce jour le besoin d’un outil qui leur permette de disposer d’informations sur la fréquentation d’un site en temps réel. Il s’agit pour eux de pouvoir être plus réactifs au marché. En ce qui concerne les collectivités locales, une information en temps réel leur permettra de mieux gérer le site et ses infrastructures et de pouvoir mener des actions de promotion adaptées aux besoins immédiats.

Or les statistiques fiables produites actuellement ne peuvent pas être immédiatement disponibles. Les données brutes nécessitent des temps de collecte, de traitement, et de validation relativement longs. Si ces informations forment un des piliers de la connaissance globale de l’activité touristique et du suivi régulier des évolutions, leur production différée ne répond pas au besoins immédiats des acteurs locaux. Seuls des résultats disponibles en temps réel ou en léger différé pourront donner aux gestionnaires de sites un atout majeur pour optimiser l’organisation, la gestion, la promotion de leur produit.

De plus, les statistiques actuelles concernent presque exclusivement les grands mouvements de voyageurs et les séjours d’au moins une nuitée, mais peuvent difficilement prendre en compte l’excursionniste (le visiteur à la journée), sauf sur des sites très particuliers. Or ce visiteur à la journée est d’ores et déjà une donnée importante de la réalité touristique qu’il faut pouvoir appréhender.

Il fallait également envisager un outil d’information qui puisse s’adapter à tout type de territoire, du site de montagne au territoire urbain, de la plage à la région, en passant par toutes les entités territoriales possibles.

Dernier facteur à prendre en compte pour imaginer une nouvelle méthodologie : la nécessité de pouvoir agréger les résultats de chaque site pour obtenir une information à des échelles territoriales de plus en plus larges.

Toutes ces réflexions nous ont amenés à rechercher un indicateur qui puisse à la fois prendre en compte ces nouvelles notions, être représentatif d’une variation de population présente sur un territoire, être déjà numérisé, s’adapter à tout secteur géographique et qui puisse fournir des résultats en temps réel.

L’utilisation des données gérées par les opérateurs de téléphonie mobile, naturellement représentatives de la notion de population présente, s’est rapidement imposée. L’analyse des informations produites par les bases de données de téléphonie mobile apporte un nouvel indicateur indépendant, réactif et fiable.










___________________
Source des illustrations : Comité Régional de tourisme d’Aquitaine
 

© Bureau d’Etudes F. Marchand 2006-2015